English Français
Votre sélection

BODIN, Jean. De la Démonomanie des sorciers. 

Paris, Jacques du Puys, 1580.

Un volume in quarto (211x149 mm), (14)-256 feuillets. Erreurs de pagination et deux feuillets intervertis. Exemplaire bien complet.  reliure : Pleine basane du dix-neuvième siècle, imitant les reliures du seizième siècle, avec décors à froids au dos et sur les plats dos à quatre nerfs. Petite réparation marginale aux deux premiers feuillets, mouillures. Accrocs sans gravité à la reliure.

LA RARE ET RECHERCHÉE ÉDITION ORIGINALE.
Dorbon, tout comme Stanislas de Guaïta, dans le catalogue de sa fabuleuse bibliothèque occulte, ont eu 5 exemplaires en éditions postérieures de la démonomanie des sorciers, mais pas l'édition originale.
Cet ouvrage est considéré comme le meilleur que l'on ait sur la Sorcellerie.
Dans la préface, Bodin dit que c'est après avoir assisté au procès d'une sorcière qu'il s'est "advisé de faire ce traicté que j'ay intitulé, DEMONOMANIE DES SORCIERS, pour la rage qu'ils ont de courir après les Diables, pour servir d'advertissement à tous ceux qui le verront, à fin de faire cognoistre au doigt & à l'oeil, qu'il n'y a crimes qui soient à beaucoup près si execrables que que cestuy-cy, ou qui méritent peines plus griefues".
Bodin est un véritable reflet des opinions de son temps : il croit aux pactes faits avec les démons, à l'évocation des morts et à la copulation charnelle avec les démons. Il a par ailleurs, pour son compte personnel, un esprit familier qui ne le quitte pas, qui le conseille dans toutes les circonstances de la vie.
Alors qu'au point de vue religieux, Bodin était très tolérant - il faillit même perdre la vie durant la Saint Barthélemy- il l'est beaucoup moins lorsqu'il s'agit des sorciers puisque, dans sa réfutation des opinions de Jean Wier qui soutenait que les sorciers sont le plus souvent des malades ou des fous et qu'il ne fallait pas les brûler, lui, au contraire, exprime le désir de réunir des centaines de sorciers et sorcières pour pouvoir lui-même les griller en seul tas.
Précieux exemplaire Maurice Garçon.
Maurice Garçon, avocat, essayiste et historien français était aussi un passionné d'ésotérisme et a écrit plusieurs livres sur la sorcellerie et a rassemblé dans son appartement parisien de la rue de l’Éperon une bibliothèque spécialisée (dont 400 ouvrages sur le Diable) qui seront vendus aux enchères quelques mois avant son décès. Dans l'avant propos du catalogue de cette vente il écrira "Quelque douleur que j'en éprouve, je me suis résolu à me séparerr de mes vieux amis (...). Je confie donc ma bibliothèque aux amateurs, en espérant que certains pourront y poursuivre l'étude de l'évolution de l'esprit. (...) Alors ces livres reprendront la vie qui les animait, ils retrouveront leur raison d'être et donneront à leur nouveaux détenteur les joies que j'ai connues dans leur commerce. Je leur rends donc leur liberté, avec l'espoir que leur dispersion leur fera rencontrer d'autres amis".

références: Coumont [B87.9], Dorbon [5475], Vente Maurice Garçon [24, c'est notre exemplaire : "Edition originale de cet ouvrage considéré comme le meilleur sur la sorcellerie...très bon état général"].

provenance: De la Bibliothèque Maurice Garçon. avec son ex libris. Figure au catalogue de la vente de sa bibliothèque (n°24).

Prix : 6500 €

5 rue du Maréchal Foch   78110 Le Vésinet
tel. 01 30 71 69 85
TVA intracommunautaire : FR87515091171
© Librairie Eric Zink Livres Anciens