Catégories
Votre sélection

GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. Histoire des quatre fils Aymon - très nobles et très vaillans chevaliers. Illustrée de compositions en couleurs par Eugène Grasset. Gravure et impression par Charles Gillot. Introduction et Notes par Charles Marcilly. 1883.

Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 

GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 

Histoire des quatre fils Aymon - très nobles et très vaillans chevaliers. Illustrée de compositions en couleurs par Eugène Grasset. Gravure et impression par Charles Gillot. Introduction et Notes par Charles Marcilly. 

Paris, H. Launette, 1883.

Un volume in quarto (227x225 mm), (8)-224-(16) pages et 2 deux gravures hors texte.  reliure : Plein maroquin vert de l'époque, dos à quatre double nerfs ornés et portant le titre doré, tête dorée, gardes en soie verte. Couverture d'origine conservée. Reliure signée « R. Granghaud » à la dernière garde.
Le plat supérieur est orné d'un riche décor d'inspiration médiévale, constituée d'un médaillon central et d'un encadrement de broderies. Au centre du plat, le médaillon carré en cuir représente un chevalier en armes, sur son cheval et tenant une lance, s'apprêtant à charger. Il est encadré par quatre bandes de broderies. Les motifs reprennent les codes des armoiries anciennes avec des écussons bleus, blancs et rouges ainsi que des castillons, des lions, des couronnes, des fleurs de lys et des casques. Le dos est orné de motifs à froid reprenant une iconographie guerrière avec deux casques, une épée, une lance et un bouclier. Dos légèrement passé.

Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 

L'histoire des quatre fils Aymon est un récit légendaire d'origine française, qui fut à l'origine une chanson de geste issue du cycle carolingien. Les quatre héros, fils du Duc Aymon, sont présentés à Charlemagne et vont vivre de nombreuses aventures accompagnés d'un enchanteur et d'un cheval extraordinaire.
Leurs aventures sont finement illustrées par Eugène Grasset (1845-1917), un des représentants de l'Art Nouveau. Il mêle, avec délicatesse et simplicité, une iconographie inspirée du Moyen-Age et de la Chevalerie au style Art Nouveau (avec des formes stylisées et des motifs ornementaux caractéristiques comme les fleurs).
Très belle relire de René Granghaud. La qualité d'exécution est remarquable, digne des plus grand maîtres relieur de l'époque.
Et pourtant René Granghaud est resté peu connu. Certainement à cause de son parcours atypique.
Flety ne mentionne que l'existence Victor son fils et de sa belle fille. Il ne s'étend pas plus sur le sujet et nous apprends seulement que Victor exerça rue du Cherche Midi au début du XX° siècle et que sa femme poursuivi l'activité après 1940 au 48 rue du Monsieur le Prince pendant encore une dizaine d'années.
Mais sur René, rien. Rien de rien. Comment est-ce possible ? La quelité de cette reliure est pourtant bien supérieure à ce que pouvait faire son fils et sa belle fille.
Quelques recherches complémentaires nous apprendrons de René (affectueusement appelé papa Granghaud) était pourtant reconnu dans le milieu.
Il avait découvert plusieurs procédés novateurs dans le domaine de la reliure qui ont fait de lui une sorte de maître. Il était considéré comme un artisan habile, un artiste même, ce que confirme notre reliure.
Il exerçait à Choisy-Le-Roi (avenue Victor Hugo) jusqu'en 1909. Puis il vendit son fond de commerce pour s'installer à Palaiseau dans l'espoir d'établir un atelier de papiers colorés suivant l'une de ses invention et destinés à la reliure.
Ce fut hélas un échec et il repris avec son fils son métier de relieur au 23 rue du Cherche Midi à Paris.

René et Victor avaient des idées avancées, très avancées, même.
En un mot, c'étaient des libertaires.
Ils avaient été séduits par l'humanitarisme large de la doctrine et ils menaient une vie en rapport avec leurs idées.
Ainsi les malheureux étaient toujours bien accueillis dans leur maison et leur porte était toujours ouverte à ceux qui souffraient. En toute discrétion, ils ne faisaient que ce qu'ils considéraient comme leur devoir d'homme.
Les Granghaud et la bande à Bonnot :
Victor fréquentai les milieux anarchistes à Choisy Le Roi et était impliqué dans le mouvement mais il s'en éloigna lorsque celui-ci pris une forme radicale.
Et lorsque la Bande à Bonnot, lui demanda asile, c'est avec horreur qu'il envisagea l'hypothèse de cacher de tels bandits.
Anarchiste, libertaire, oui il l'était peut-être encore, mais il ne se sentait rien de commun avec eux et refusa énergiquement.
Considéré comme traitres, les Granghaud furent prévenus par des amis que leurs jours étaient comptés.
En avril 1912, René et Victor firent l'objet d'une attaque de la bande à Bonnot avec échange de coup de feu. Heureusement la balles ne firent qu'effleurer Victor et cet événement fit l'objet d'un article dans le petit Parisien du 28 avril 1912, dont nous tirons toutes ces informations sur René Granghaud.

références: Carteret [ IV, 182 : "Bel ouvrage, (…) qui marque une époque dans l'illustration du livre moderne illustré"], Monod [ 6043 : "Premier livre illustré en photogravure et "chromographie", techniques inventées par Charles Gillot"].

Prix : 2000 €

Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
Photo GRASSET, Eugène || GILLOT, Charles. 
25 rue du Maréchal Foch   78110 Le Vésinet
tel. 01 30 71 69 85
TVA intracommunautaire : FR87515091171
© Librairie Eric Zink Livres Anciens