Catégories

Ouvrages incunables et du seizième siècle

Résultats (1 - 13) sur 13
TuilesListe
Photo [LIVRE D'HEURES IMPRIMÉ SUR PAPIER]. 

Il s’agit de l’exemplaire cité par Bohatta [710] et il est inconnu de Mac Farlane.
Imprimées en caractères gothiques, ces heures sont composées de textes et de prières en latin, accompagnés de phrases en français dans les encadrements. Elles sont conformes à l’usage de Rome et sont principalement dédiées à la dévotion de la Vierge.
Les textes sont précédés d’un almanach pour les années 1503 à 1521 et d’un calendrier.

L’ouvrage est orné, en outre de la figure représentant Vérard priant, de l’Homme anatomique entouré des 4 tempéraments (colérique, mélancolique, sanguin et flegmatique), du Saint Graal dévoilé par 4 anges, de la marque de Vérard, et de 16 grandes figures sur bois : le martyre de Saint Jean à la Porte Latine
(Saint patron des imprimeurs), l’Arbre de Jessé, l’Annonciation, la Visitation,la Crucifixion, la Pentecôte, la Visitation (double), la Nativité, l’Annonce aux bergers, l’Adoration des Mages, la Présentation au temple, la Fuite en Égypte, la Dormition de la Vierge, Bethsabée au bain, une scène de banquet ou de mariage
de l’Ancien Testament et la représentation du Dogme catholique.
Les scènes sont composées comme des tableaux miniatures avec l’utilisation de la perspective pour l’effet de profondeur et l’utilisation de l’architecture (avec les arcs en accolade et les colonnes) pour structurer
la composition et former un écrin.
L’ornementation des textes se compose de fines frises (fleurs, feuilles, animaux) et de vignettes historiées ayant pour thème le Nouveau Testament, les 4 évangélistes et des Sibylles, sur fonds criblés.

Exemplaire imprimé sur papier, bien conservé, avec les initiales en rouge et en bleu. Il porte en deux endroits la signature H.Van Veen, et sur un feuillet de garde un portrait à l’encre à la date de 1560.

Belle reliure ornée de fers azurés sur fond de cire noire.

Exemplaire Rahir (II, 1931 n° 342), André Hachette (1953, n°73) et Charles V. D. Elst, président de la Société royale des bibliophiles et iconophiles de Belgique (1985, n° 106 de la vente Monte Carlo).

Photo BESSON, Jacques. 

Rare édition de cet important ouvrage, le premier livre de machine imprimé en français.
La première édition en latin (Paris, Orléans ?, 1569,70,71 ?), sans texte a été suivie par trois éditions lyonnaises, dont la première en français, augmentées de notes par François Béroalde. Une seconde édition en français sera publiée en 1579, seuls les 4 feuillets préliminaires sont modifiés. Les planches sont alors accompagnées d'explications latines sur quelques lignes placées à l'intérieur du cuivre.
Notre édition, la troisième en français comporte des additions aux explications de chaque figures, qui ont été placée, pour plus de lisibilités, face aux planches et non en début d'ouvrage comme les éditions précédentes. Par ailleurs, les explications latines sur les planches ont laissé place à des légendes en français.
Il existe deux tirages de cette édition l'un, plus courant, avec indiqué comme lieur d'édition "Lyon" et l'autre comme ici "Genève".
Cet ouvrage comporte soixante planches en pleine page représentant divers instruments et mécanismes relevant de techniques diverses.
Jacques Besson, ingénieur et mathématicien, offre ici un panorama des instruments et machines tels qu'un professeur pourrait les montrer et les expliquer dans un amphithéâtre. Besson qui n'a jamais eu d'enseignement officiel s'y dissimule sans doute sous les traits du petit personnage barbu qui revient de planche en planche.
Florilège des instrurments et mécaniques les plus divers, il propose souvent plusieurs solutions à un même problème : appareils de pompage, pompe à incendie, engins de guerre et de fortification, construction navales, machines-outil, attelages, ponts, fours, moulins et jusqu'à une horloge musicale à eau, etc... ( En français dans le texte).

PRÉCIEUX EXEMPLAIRE PROVENANT DE LA BIBLIOTHÈQUE DU GRAND COLBERT avec ex-libris manuscrit sur le titre, "Bibliotheca Colbertinae", de la main de son bibliothécaire, Baluze.

Photo MARTIAL d'AUVERGNE || AURIGNY, Gilles d' || COURT, Benoit de. 

Belle édition augmentée, la plus complète, des célèbres Arrests d’Amour, avec le 52e arrêt et Ordonnances sur le fait des masques signés « Le Pamphile » [i.e. Gilles d'Aurigny], ainsi que le 53e arrêt imprimé ici pour la première fois : « Donné sur le reiglement des arrierages requis par les femmes à l'encontre de leurs maris » (par « l'abbé des Cornards de Rouen ») en fin de volume, non paginé.
Page de titre gravée dans un encadrement architectural. Le texte en français est de Martial d'Auvergne, les commentaires en latin, de Benoit de Court ; dédicace à Maurice Bullioud.
Composé vers 1460 par Martial d’Auvergne, poète, parlementaire
et notaire au Châtelet, Les Arrêts d’Amour développent la fiction d’une cour judiciaire : le Parlement d’Amour, qui juge les 53 causes relatives à l’amour et aux différents entre les amants, après exposé contradictoire des parties.
« Ils valent par le réalisme du détail concret ou psychologique, par l’humour et la vie de la narration (…). On le placera dans l’histoire littéraire à côté des Quinze joies du mariage ou des Cent Nouvelles nouvelles » (Dict. des Lettres françaises, 1994, p. 994-995).

Leur cadre juridique incita un savant juriste, Benoît de Court, à joindre un commentaire érudit, mais aussi badin et spirituel. Ces commentaires participèrent largement au succès de l’oeuvre. La Fontaine en fit une imitation.
Les Arrêts d’Amour sont cités comme une bonne source sur les pratiques sociales et amoureuses des débuts de la Renaissance.
Rare relié en maroquin aux armes de Claret de la Tourette.

Photo ARTÉMIDORE d'ÉPHÈSE. 
Photo FOESIO, Anutio, HIPPOCRATE. 
Résultats (1 - 13) sur 13
TuilesListe
25 rue du Maréchal Foch   78110 Le Vésinet
tel. 01 30 71 69 85
TVA intracommunautaire : FR87515091171
© Librairie Eric Zink Livres Anciens