Catégories

Sciences appliquées

Résultats (1 - 30) sur 188
TuilesListe
Photo MARIETTE, Pierre Jean. 

Edition originale de cet ouvrage de référence sur les pierres précieuses gravées.
C'est le premier ouvrage présentant une étude complète sur le sujet et il sert encore de référence sur le sujet, même aujourd'hui.
Mariette (1694-1774), héritier d’une dynastie de libraires-éditeurs d’estampes et lui-même grand collectionneur, voyagea en Italie et fréquenta les princes et les cercles d’amateurs d’estampes pour lesquels il fit le relevé des collections (prince Eugène de Savoie, Crozat, Boyer d’Aiguilles...).
En 1750, l’année où il vend son affaire à Delatour, il rassembla ses connaissances dans ce «Traité des pierres gravées» et se consacra ensuite à ses recherches et à ses propres collections.
Les deux volumes sont en fait deux œuvres distinctes regroupées pour la commodité de l'auteur / éditeur
Le premier volume est de loin le plus important.
Il commence par une histoire des pierres précieuses gravées en général, suivie d'un essai sur les graveurs de pierres précieuses modernes et leur travail, puis d'une description de l'art de la gravure, divisée en 4 chapitres:
I. La description des pierres précieuses et autres pierres fines utilisées en pierres précieuses gravées, (pages 153-94), avec une intéressante gravure sur cuivre dans le texte présentant les différentes tailles et facettage des pierres précieuses)
II. Les procédés lapidaires, outils, équipement, etc., nécessaires pour graver des pierres précieuses et avec la fameuse planche gravée montrant un graveur dans son atelier, avec ses outils.
III. Sur les méthodes de falsification des pierres précieuses avec du verre coloré
IV. Faire des empreintes.
La dernière partie du premier volume, page 239 à la fin, contient un catalogue raisonné des ouvrages qui traitent des pierres gravées.
Le second volume est entièrement consacré aux descriptions des gemmes gravées dans le cabinet de Louis XV avec 257 gravures sur cuivre relevés sur les pierres originales et dessinés par Edmé Bouchardon.

Photo [TEXTILE]. 

Album composite constitué à la fin du XIXe siècle rassemblant des échantillons d’étoffes de soie Lyonnaise du XVIIIe siècle balayant la plupart des typologies et armures de soieries pour la Robe. La plupart tissées et brochées, quelques-unes brodées ou imprimées, entre 1720 et 1840.
Majorité de lampas de soie façonnée dits à rivière  vers 1760, des lampas « dentelle ou Persiennes » de 1720, lampas dits « naturalistes » dans la veine du célèbre dessinateur de fabrique Jean Revel ; damas de soie, brocart argent vers 1740 ; satins ou velours brodés au passé empiétant et point de Beauvais, taffetas « Chiné à la branche » ; Droguet Maubois vers 1760, rayures Mexicaines et Pékins dans le goût des toilettes à la cour de Marie-Antoinette des années 1770, velours ciselé miniature pour habit de gentilhomme ; brocarts d’argent et tissage en chenille de soie sur fond lamé d’époque Directoire, velours ciselé tissé à disposition pour du siège vers 1800-1820 et quelques échantillons postérieurs en étamine de laine imprimée provenant de manufactures Alsaciennes au Second-Empire.
A noter : deux très beaux échantillons d’Indiennes dites Perses, imprimées et peintes en Inde sur la côte de Coromandel dans la 1ère moitié du XVIIIe siècle. L’une pour un jupon imprimé à disposition et l’ autre aux motifs soulignés de broderies au Point de chaînette en filé or ou fond vermiculé doré, sans doute pour le marché Persan.(dynastie Qajar).
Fragments de taille variée, entre 50 x 50 cm et 20 x 30 cm ou moins, certains en forme (manche, bas de jupon ou de manteau de robe de cour ayant conservé leurs agréments de type "sourcil de hanneton" et crête en passementerie de soie, document de gilets d’homme).

Résultats (1 - 30) sur 188
TuilesListe
25 rue du Maréchal Foch   78110 Le Vésinet
tel. 01 30 71 69 85
TVA intracommunautaire : FR87515091171
© Librairie Eric Zink Livres Anciens