English Français
Ouvrages incunables et du seizième siècle
Resultats (1 - 13) sur 13

Reliure en maroquin aux armes

MARTIAL d'AUVERGNE || AURIGNY, Gilles d' || COURT, Benoit de. LIII Arrests d'Amours (...), Le tout diligemment revue & corrigé en une infinité d'endroits, outres les précédentes impressions. 

Rouen, Raphael du Petit, 1587.

Belle édition augmentée, la plus complète, des célèbres Arrests d’Amour, avec le 52e arrêt et Ordonnances sur le fait des masques signés « Le Pamphile » [i.e. Gilles d'Aurigny], ainsi que le 53e arrêt imprimé ici pour la première fois : « Donné sur le reiglement des arrierages requis par les femmes à l'encontre de leurs maris » (par « l'abbé des Cornards de Rouen ») en fin de volume, non paginé.
Page de titre gravée dans un encadrement architectural. Le texte en français est de Martial d'Auvergne, les commentaires en latin, de Benoit de Court ; dédicace à Maurice Bullioud.
Composé vers 1460 par Martial d’Auvergne, poète, parlementaire
et notaire au Châtelet, Les Arrêts d’Amour développent la fiction d’une cour judiciaire : le Parlement d’Amour, qui juge les 53 causes relatives à l’amour et aux différents entre les amants, après exposé contradictoire des parties.
« Ils valent par le réalisme du détail concret ou psychologique, par l’humour et la vie de la narration (…). On le placera dans l’histoire littéraire à côté des Quinze joies du mariage ou des Cent Nouvelles nouvelles » (Dict. des Lettres françaises, 1994, p. 994-995).

Leur cadre juridique incita un savant juriste, Benoît de Court, à joindre un commentaire érudit, mais aussi badin et spirituel. Ces commentaires participèrent largement au succès de l’oeuvre. La Fontaine en fit une imitation.
Les Arrêts d’Amour sont cités comme une bonne source sur les pratiques sociales et amoureuses des débuts de la Renaissance.
Rare relié en maroquin aux armes de Claret de la Tourette.

Importante édition des Oeuvres d'Hippocrate. 1595

FOESIO, Anutio, HIPPOCRATE. Magni Hippocratis medicorum omnium facile principis opera omnia quae extant. 

Francofurdi, Andrea Wecheli, 1595.

Édition originale de la traduction du grec au latin des oeuvres d'Hippocrate par Anuce Foes.
Cette traduction est resté la référence pendant 250 ans, jusqu'à son remplacement par l'édition française de Littré [1839 à 1861].

Les oeuvres d'Hippocrate sont en réalité un ensemble d'une soixantaine d'écrits, qui furent composés entre 450 et 350 avant J.-C; Ils constituent notre principale source d'information sur la médecine grècque avant l'époque d'Alexandrie.
C'est au cours du seizième siècle que les érudits ont progressivement donné naissance à un corpus hippocratique en latin qui a eu cours jusqu'à son remplacement par l'édition française de Littré [1839 à 1861].

Les éditions marquantes ayant permis cet aboutissement sont les éditions princeps en latin (1525 à Rome) puis en grec (1526, Alde), qui permirent la découverte de manuscrits jusque là pratiquement inconnus.
Vinrent ensuite les éditions baloises de 1538 et 1546 (Froben) qui menèrent à bien la correction systématique des éditions princeps.
Enfin, en 1595, le médecin de Metz Anuce Foes (1528-1595) fait imprimer notre édition bilingue grec/ latin "exacte et complète des oeuvres d'Hippocrate, oeuvres aussi avidement désirées, que vainement attendues depuis longtemps. La presse gémit enfin, dit Percy." (Dezeimeris [II, p.333]).

Exemplaire très frais de cette rare édition des Oeuvres d'Hippocrate.

Alchimie. Zacaire. 1574.
Opuscule très-excellent de la vraye Philosophie naturelle des métaulx.
Rare édition du XVIème siècle en plein maroquin

ZACAIRE, Denis. Opuscule très-excellent de la vraye Philosophie naturelle des métaulx, traictant de l’augmentation & perfection d’iceux, Avec advertissement d’éviter les folles despences qui se font ordinairement par faute de vraye science.... Avec le traicté de vénérable Docteur Allemand Messire Bernard Comte de la Marche Trevisane sur le mesme subject. 

Lyon, Benoist Rigaud, 1574.

Denis Zacaire a dépensé la fortune familiale dans la recherche de la pierre philosophale. Il avait noté dans un cahier des milliers de recettes extraites des textes alchimiques et avait engagé les fonds destinés à ses études de droit à l'achat d'un laboratoire.
Après des années de recherches infructueuses il rencontra un vieux sage qui lui conseilla d'arrêter de se disperser dans des procédés donnés par des personnages douteux et d'étudier plutôt les écrits des maîtres.
Peu de temps après avoir enfin réussi, il fut assassiné par un serviteur.
Son opuscule très-excellent de la vraye Philosophie naturelle des métaulx est un des traités fondementaux du corpus alchimique.
A partir de la page 170 se trouve le Livre de la Philosophie Naturelle des métaux de Bernard le Trévisan, autre alchimiste renommé, dont la persévérance n'a rien à envier à celle de Zacaire. La première édition a paru à Anvers en 1567.
BEL EXEMPLAIRE EN MAROQUIN.

Resultats (1 - 13) sur 13
25 rue du Maréchal Foch   78110 Le Vésinet
tel. 01 30 71 69 85
TVA intracommunautaire : FR87515091171
© Librairie Eric Zink Livres Anciens